1/4

RESTAURATION ET AMÉNAGEMENTS EN MILIEUX CÔTIERS

L'archipel des îles de la Madeleine est un des territoires les plus vulnérables aux changements climatiques au Québec. Les conséquences de ces changements rapides sur les écosystèmes, les infrastructures et le patrimoine bâti madelinot sont importantes :

  • diminution de la période d'englacement de la surface de la mer (la période où les vagues sont inhibées par les glaces a diminué de 30 % depuis 1960, le couvert de glace passant d'une durée moyenne de 80 jours par année à 55 jours par année) ;

  • augmentation de l'activité cyclonique (fréquence et intensité des tempêtes) ;

  • augmentation du taux d'érosion, causée par divers facteurs climatiques : cycles de gel et de dégel, redoux hivernaux, vents, vagues, absence de couverture glaciaire sur la mer et précipitations (pluie et neige) ;

  • élévation du niveau de la mer engendrée par la fonte progressive des glaciers des régions polaires et subpolaires, ce qui aura pour effet secondaire d'accentuer l'érosion côtière et la submersion ;

  • déplacement probable de certaines espèces et disparition d'autres.

 

Selon le Consortium OURANOS, spécialisé dans l'évaluation des impacts régionaux des changements climatiques et dans l'élaboration de stratégies d'adaptation, le scénario le plus probable pour les îles de la Madeleine prévoit que d'ici 2050, le recul du trait de côte sera de 80 mètres en moyenne pour les côtes basses sablonneuses, et de 38 mètres pour les falaises rocheuses.

To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom

Attention FragÎles a mis en place une variété de projets d'intervention visant à réduire ou à contrer l’impact de l’érosion côtière. Notre équipe favorise des mesures d'intervention souples inspirées des processus naturels, visant l'accumulation et la stabilisation du substrat.

La technique la plus communément adoptée implique la construction de capteurs de sable à base de matériaux naturels (branchages) ou récupérés (casiers à homard) placés stratégiquement. Ces structures favorisent le captage et l’accumulation du sable sans causer de dommages aux milieux adjacents. Dans les brèches dunaires ou sur le haut de la plage, on procède à l’installation de clôtures de bois et postérieurement à la transplantation d’ammophile à ligule courte afin de faciliter la poursuite du processus naturel de rétablissement dunaire. L'ammophile à ligule courte, connue localement comme foin de duneest une plante pionnière qui stabilise les substrats sablonneux grâce à son réseau racinaire.

 

Les coûts associés à ce type d'interventions sont relativement peu élevés et les travaux bien entretenus donnent des bons résultats.​ Soulignons néanmoins qu'il n'existe pas de solution unique, mais qu'un ensemble de stratégies doit être considéré en fonction de la spécificité des différents secteurs.

Nos interventions

To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom

Intégration du savoir local et scientifique dans la restauration d’écosystèmes côtiers à forte valeur écologique dans le golfe du Saint-Laurent (2019-2022)

Ce projet d’envergure, d’une durée de trois ans (2019-2022), vise à réhabiliter des habitats de grande valeur écologique (écosystème sableux, marais maritime et herbier à zostère) qui présentent un continuum côtier et qui sont dégradés aux Îles-de-la-Madeleine. Cet important projet est rendu possible grâce au soutien financier de 555 000 dollars de Pêches et Océans Canada par le biais du Fonds pour la restauration côtière, un programme du Plan de protection des océans. Le projet est réalisé par une équipe dont l’expertise est diversifiée (géomorphologie, hydrodynamique côtière, conception et restauration côtière, écologie côtière) et appuyé par les partenaires du milieu. L’équipe du Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières de l’UQAR, sous la direction de Pascal Bernatchez, PhD., assure le suivi scientifique et participe à l’identification des approches de restauration en collaboration avec Mathieu Cusson de l’Université du Québec à Chicoutimi. L’organisme Attention FragÎles, ayant développé au cours des 30 ans dernières années une expertise en restauration des milieux dunaires aux Îles-de-la-Madeleine, assure la coordination et la mise en œuvre des mesures de restauration en collaboration avec les partenaires locaux et scientifiques.

Une caractérisation des écosystèmes côtiers ainsi qu’une cartographie de l’état de santé des herbiers aquatiques a été réalisée dans le cadre de ce projet et a permis notamment de cibler des secteurs nécessitant des interventions aux Îles-de-la-Madeleine. À la suite de cette étude et en raison de l’état de dégradation des habitats du continuum côtier, les secteurs de la baie du Havre-Aux-Basque (secteur du Goulet nord et de la dune de L’Étang-des-Caps), de la Baie Clarke de Grosse-Île et du Bassin aux Huîtres de la Grande-Entrée ont été priorisés pour des travaux de restauration côtière. Parmi les différentes perturbations naturelles et anthropiques, l’ensablement des marais maritimes et des herbiers de zostères fait partie d’une problématique à laquelle s’intéresse le groupe de travail lié à ce projet. Afin de diminuer ces impacts, la consolidation du milieu dunaire est une étape essentielle au rétablissement des écosystèmes aquatiques connexes.

Plusieurs travaux de restauration de l’écosystème sableux ont donc été réalisés avec l’aide de méthodes souples utilisées seules ou en combinaison selon l’état des sites visés. Ces techniques utilisant différents matériaux (branchages, ganivelles, cages à homards, etc.) favorisent l’accumulation de sable pour ainsi fermer les brèches dunaires problématiques d’origine anthropique et/ou naturelle. Dans certains secteurs, des mesures supplémentaires de fixation de sable s’avèrent nécessaires, telles que des ajouts de structures, des tapis de fibres de végétales, des plantations d’ammophile à ligule courte. Pour ce qui est des secteurs d’herbiers de zostère et de marais maritimes, la restauration des milieux dunaires, par la fermeture de brèches et la consolidation de la dune bordière, favorise leur protection en diminuant le risque de submersion, d’ensablement et de perte de superficie. Dans certains secteurs, où ces écosystèmes sont dégradés, des transplantations de végétation pourraient être effectuées afin de favoriser l’amélioration de leur état et le maintien de leurs fonctions écosystémiques.

En 2019, des restaurations couvrant 1400 m2 de superficie ont été effectuées dans le secteur de la Dune de l’Ouest, plus exactement sur la dune de L’Étang-des-Caps et du Goulet Nord. Les restaurations ont bénéficié d’un suivi en 2020, mais aucune restauration supplémentaire ne sera mise en place en raison de la récurrence des épisodes de submersion marine qui s’opère dans ce secteur.

 

En 2019 et en 2020, dans le secteur de la dune protégeant la Baie Clarke, 20 brèches ont été restaurées avec 80 structures et 17 plantations. Les restaurations conçues et mises en place dans le système dunaire en novembre 2019 par l’équipe d’Attention FragÎles couvraient 2630 m2 de superficie dunaire. En 2020, la superficie directement améliorée équivalait à 7786 m². Au cours de ces deux années, dans le secteur de la Baie Clarke, les différents travaux ont permis de restaurer une superficie de 10 416 m² de systèmes dunaires, de les caractériser, de planifier des suivis et de s’assurer que le sable ait été capté et stabilisé en une ou plusieurs étapes.

 

Pour l’année 2021-2022, soit la dernière année de ce projet de restauration côtière d’envergure, des restaurations sont effectuées dans le secteur du Bassin aux Huîtres de la Grande-Entrée, en collaboration avec les utilisateurs locaux, afin de protéger les herbiers de zostères et les marais maritimes menacés par l’érosion du système dunaire de ce secteur. La mise en œuvre de ces travaux de restauration a débuté au courant du mois de juin sur les dunes de Bassin Ouest et se poursuivra au cours de l’automne sur celles de Bassin Est. La population de Grande Entrée est invitée à participer à la démarche et aux travaux.

 

Ce projet vise également à favoriser l’intégration des connaissances écologiques des milieux côtiers par la communauté, dans le but de susciter une prise de conscience collective sur la fragilité du territoire. Il vise la création d’un processus positif dans les comportements et les pratiques des utilisateurs et des acteurs qui opèrent dans ces milieux fragiles. Cette démarche souligne l’importance de préserver ces écosystèmes, de découvrir leur valeur et leurs fonctions, de connaître les impacts liés au morcellement des habitats et à la fragmentation du territoire. L’implication et l’intégration de ces utilisateurs et de ces acteurs dans ce processus sont indispensables à la pérennité des effets positifs sur l’environnement initiés par ce projet.

Restauration dunaire et protection des milieux humides du littoral (2016 - 2019)
   
Aux Îles-de-la-Madeleine, les faiblesses du littoral, dans certains secteurs, comportent des risques pour la dégradation des milieux humides adjacents (intrusion d’eau salée, ensablement, contamination des nappes phréatiques, etc.). Il va sans dire que ces milieux humides sont importants et jouent un grand rôle dans le maintien du bon fonctionnement écologique. En intervenant de manière à faciliter le processus de régénération naturelle du système dunaire, qui protège ces habitats, on augmente aussi les impacts positifs sur l’ensemble des milieux naturels et bâtis situés à proximité, incluant l’habitat essentiel de certaines espèces en péril.

 

Ce projet de restauration dunaire de grande envergure sur l’ensemble du territoire madelinot a vu le jour au printemps 2016 suite à un inventaire réalisé au printemps 2015 sur les brèches en milieu dunaire et l’état des restaurations effectuées depuis 2009. D’une durée totale de trois ans, le projet a été financé pour toute sa durée par Environnement et Changement climatique Canada (FNCMH) et soutenu également pour sa première année par la Fondation de la Faune du Québec, nous permettant d’intervenir sur différents cordons dunaires et de faire un suivi des restaurations. Certains secteurs ont été priorisés car ils comportent des risques pour la dégradation des milieux dunaires et des milieux humides (érosion, nouvelles brèches, impacts sur les milieux humides, etc.) ainsi que d’habitats d’espèces en danger, telles que le pluvier siffleur et le grèbe esclavon.

Bilan du projet (2016 à 2019):

  • 182 sites ont été suivis.

  • 84 sites ont bénéficié de travaux de restauration.

  • 123 structures (fascines, ganivelles, tapis de branchage, casiers à homard, recharge de sable) favorisant la réhabilitation du milieu dunaire ont été installées et 8 sites de plantation d’ammophile à ligule courte.

  • Ces interventions ont contribué à préserver des menaces actuelles et éventuelles sur 81 km de dunes et 1 690,52 hectares de milieux humides.

  • Quatre classes, soit 65 élèves, ont participé à des activités de plantation.

  • Activités de concertation et sensibilisation avec des élèves de l’école aux Iris de Bassin, avec le Cégep Gaspésie les Îles (étudiants de biologie générale et d’éco gestion des milieux côtiers), avec des participants du Concours de Châteaux de sable, avec l’Association des chasseurs et pêcheurs sportifs des Îles-de-la-Madeleine (Dune de l’Ouest), le Club VTT des Îles-de-la-Madeleine Inc., East Point Management Committee et avec la délégation française des îles du Ponant et de la Manche.

  • 60 panneaux indiquant les secteurs en rétablissement.

Protection et mise en valeur des milieux naturels du littoral par la remise en état et l’amélioration d’infrastructures récréatives communautaires (2016 - 2017)
 

Ce projet a permis la réalisation de travaux sur 16 sites, situés d’un bout à l’autre de l’archipel, donnant accès au littoral et aux plans d’eau intérieurs. Les types d’infrastructures visées étaient: des aménagements permettant l’accès du public au littoral (passerelles, escaliers, sentiers aménagés et stationnements); des rampes de mise à l’eau pour petites embarcations permettant l’accès du public aux plans d’eau intérieurs (baies et lagunes); des pistes cyclopédestres favorisant l’accès et l’exploration des milieux côtiers. Le projet a été mené en collaboration avec le Comité ZIP des Îles-de-la-Madeleine, la Société de conservation des Îles-de-la-Madeleine et la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine. Il a été soutenu financièrement par Développement économique Canada, la Fondation Hydro-Québec pour l'environnement, les Caisses populaires Desjardins des Îles et la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine.

Tournée des cantons sur l’érosion (2011)
 

Au cours de l’hiver 2011, l’équipe d’Attention FragÎles a rencontré environ 300 Madelinots afin de parler d’érosion des berges. De janvier à mars, des rencontres ont été organisées dans 13 cantons des Îles, de Havre-Aubert à Grande-Entrée, en passant par L’Île-d’Entrée. Le projet « La tournée des cantons sur l’érosion » visait à :

 

  1. Réunir les citoyens des Îles afin d’échanger et de confronter les savoirs, ainsi que de comprendre et questionner le phénomène de l’érosion, ses impacts et les risques qui y sont rattachés;

  2. Engager les citoyens dans une réflexion commune sur les facteurs anthropiques qui aggravent ou atténuent l’érosion et formuler des propositions d’actions concrètes pour agir sur ces facteurs;

  3. Pérenniser les projets de restauration dunaire en mettant en place des comités et mobilisant les citoyens pour s’engager à contribuer à ces travaux de restauration.
     

La tournée des cantons proposait donc de donner la parole aux citoyens sur ce thème si important pour l’avenir de l’archipel. Tous ceux qui voulaient comprendre le phénomène, en parler, exprimer leurs idées, réfléchir ensemble aux causes et aux solutions se sont déplacés pour échanger avec nous. Lors de ces rencontres, une présentation abordant les aspects suivants était réalisée :
 

  1. phénomène de l’érosion et ses causes naturelles et humaines;

  2. cartes des enjeux locaux du canton visité;

  3. solutions actuellement disponibles pour lutter contre l’érosion côtière avec avantages et inconvénients de chacune d’elles.
     

Les citoyens étaient ensuite invités à partager leur expérience et leur perception de l’évolution du littoral au fil des ans. Nous discutions du rôle du citoyen, des responsabilités des instances et de leurs attentes, ainsi que de la possibilité de former des comités pour mener certains travaux. Un résumé synthèse de ces rencontres a également été présenté au maire et aux conseillers de la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine.

« J’y mets mon grain de sable » - Restauration dunaire (2009-2011)
 

Entre 2009 et 2011, le projet « J’y mets mon grain de sable », un vaste projet de renforcement des dunes visant à atténuer l’érosion des côtes basses sablonneuses dans les secteurs les plus névralgiques de l’archipel, a été mené par l’équipe d’Attention FragÎles, en collaboration avec différents partenaires. Ce projet a également permis de dresser un premier portrait de l’érosion dunaire sur une grande partie des plages des îles de la Madeleine. Quatre méthodes ont été utilisées pour piéger le sable et ainsi reconstruire la dune : installation de fascines, de ganivelles, plantation d’ammophile à ligule courte, installation de tapis végétal. Des groupes de citoyens et de jeunes des écoles ont été mobilisés pour ce projet. En 2009-2010, 82 sites ont été restaurés avec l’aide de 225 personnes, et en 2010-2011, 107 sites l’ont été avec la participation de 144 personnes. Enfin, pour promouvoir les sites rebâtis par la communauté et inviter les visiteurs et Madelinots à prendre soin des dunes, six panneaux d’interprétation furent installés aux abords des plages. La brochure « Lutter ensemble contre l’érosion », réalisée en 2010, fut aussi distribuée aux participants. En 2011-2012, un suivi de ces restaurations a été effectué, 105 sites du projet ont été visités et un bilan sur le succès de restauration en milieu dunaire avait été dressé. Ce bilan a permis de constater que dès la première année de mise en place, on observait un rehaussement du niveau de sable de plus de 30 cm sur les structures dans environ 80% des cas. Après 2 ans de fonctionnalité, on a pu observer un enfouissement des structures sur une hauteur de 50 à 70 cm dans plus de 60 % des sites restaurés. Ce rapport a donc mis en relief l’efficacité des capteurs de sables dans une optique de restauration dunaire.

Nos projets

Implication des utilisateurs dans la protection et la restauration des habitats (2021)

 

Attention FragÎles et le Comité ZIP des Îles ont cocréer un guide contenant des conseils et des techniques pour la restauration de dunes en terres privés. Cet outil est destinés aux propriétaires de terrain exposés aux aléas côtiers désirant intervenir contre l'érosion dunaire. Il a été conçu afin d'offrir une foule d'informations relatives à l’érosion et les pratiques à intégrer, les différentes réglementations à prendre en compte avant une intervention, les étapes essentielles pour la réalisation de travaux de restauration dunaire, un outil d’aide à la décision ainsi qu'une présentation des différentes techniques de restauration.

Cliquez ici pour le guide complet :

 

 


 

SEMAINE 1- Information générale - Recto.png