Pourquoi protéger la biodiversité?

Les plantes, les animaux et les microorganismes jouent un rôle essentiel dans l’équilibre de la vie sur la Terre ; leur disparition accélérée risque de modifier considérablement notre propre milieu de vie. Plusieurs raisons pratiques justifient que l’on agisse de concert pour les préserver :

  • ils constituent une source de revenus pour des activités liées à la chasse ou à la pêche ;
  • ils entrent dans la fabrication de plusieurs médicaments ;
  • ils permettent de se nourrir, de s’abriter, de confectionner des vêtements ;
  • ils constituent un attrait touristique (observation d’oiseaux, de baleines, etc.).

Consultez la page "Faune, flore et biodiversité" pour découvrir les espèces qui fréquentent les Îles et pour en savoir plus sur la biodiversité et les espèces en péril.

Comment contribuer ?

Des gestes simples peuvent contribuer à améliorer considérablement la chance de survie des espèces en péril.
On peut notamment :

  • respecter les aires de repos, d’alimentation et de nidification des oiseaux ;
  • s’informer de la présence d’espèces en péril avant de pratiquer une activité dans un milieu naturel ;
  • éviter d’introduire des espèces exotiques envahissantes ;
  • diminuer l’émission de gaz à effet de serre en réduisant sa consommation, en achetant localement, en vivant simplement, en pratiquant le covoiturage;
  • contribuer aux actions locales de protection des habitats fauniques et floristiques en devenant bénévole.

Les espèces en péril de l’archipel

Saviez-vous que les îles de la Madeleine abritent plus de 24 espèces d’oiseaux et de plantes désignées en péril, et que ses milieux marins accueillent une quinzaine de poissons, de mammifères marins et de reptiles dont la survie est menacée ? En outre, deux espèces sont disparues de l’archipel : le Grand Pingouin en 1844 (exterminé pour la récolte d’œufs) et le Morse de l’Atlantique, à la fin du 18e siècle (chassé abusivement pour la peau et l’huile qu’il fournissait).

Découvrez quatre espèces d'oiseaux désignées en péril : le Grèbe esclavon, le Bécasseau maubèche,
le Pluvier siffleur et la Sterne de Dougall - fichier PDF [1,2MB]

Le tableau ci-dessous présente les espèces qui étaient désignées en péril sur l'archipel, au printemps 2010.

EspecesEnPeril_Tableau