Les milieux humides

Pour en savoir plus sur les milieux humides et les initiatives de protection et de mise en valeur déployées sur l'archipel, consultez le site Internet du Comité ZIP des Îles-de-la-Madeleine.

Par définition, un milieu humide est un site saturé en eau ou inondé suffisamment longtemps pour que ses caractéristiques physiques et biologiques soient influencées par ce phénomène.

L’Étang est une étendue d’eau approvisionnée par la pluie et la fonte des neiges. Son contour bien défini est peuplé de plantes aquatiques herbacées alors que des plantes immergées poussent au centre.

Le Marais est un milieu inondé périodiquement ou en permanence, dont l’eau provient surtout des bassins voisins qui débordent aux jours de grandes marées, lors des tempêtes ou à la fonte des neiges. Il est caractérisé par une végétation herbacée aquatique et une absence d’arbres. On le qualifie de salé, de saumâtre ou d’eau douce, selon son niveau de salinité.

 Le Marécage est une nappe d’eau stagnante ou à écoulement lent, peuplée d’arbres et d’arbustes.
La Tourbière est un milieu gorgé d’eau, propice à l’accumulation de matières organiques partiellement décomposées appelée tourbe. Les mousses, les plantes herbacées et les arbustes en sont les végétaux dominants.

Le Pré humide est un territoire légèrement imbibé d’eau. Il se forme généralement le long d’un cours d’eau ou d’un marais. Souvent sec à l’été, il apparaît lors des fortes pluies et des crues printanières.

Le rôle écologique des milieux humides

  • Les terres humides offrent un havre propice à l’établissement de nombreuses espèces floristiques et fauniques. Ainsi leur présence permet-elle la cueillette de petits fruits, la chasse à la sauvagine et la pêche sportive, des activités traditionnelles chères aux Madelinots.
  • Ces milieux favorisent l’accumulation et l’infiltration de l’eau de pluie dans le sol ; ils sont l’une des principales sources de ravitaillement de la nappe souterraine d’eau douce, de laquelle les Madelinots puisent la totalité de leur eau potable.
  • En outre, ils constituent de véritables filtres à eau écologiques, c’est-à-dire que leur composition biologique, physique et chimique permet d’absorber et de neutraliser différents contaminants bactériologiques et toxiques (coliformes fécaux, particules en suspension, produits chimiques, etc.), sans que leur propre équilibre s’en trouve altéré.
  • En plus de soutenir la vie, de capter et d’épurer l’eau, les milieux humides ralentissent l’érosion des côtes : leur présence atténue l’effet desséchant du vent sur les côtes (érosion éolienne), et atténue l’effet du ruissellement sur les côtes

Le maintien de ces fonctions (épuration, filtre, etc.) est directement lié à leur état de santé : un milieu suralimenté (éléments nutritifs, matières en suspension, produits toxiques, etc.) perdra progressivement ses propriétés et deviendra insalubre.

Enfin, les milieux humides sont aussi le lieu idéal pour pratiquer plusieurs activités récréatives. En somme, ils ont une influence majeure sur la qualité de vie des Madelinots.