Les plans d’eau intérieurs

En plus de la mer qui l'entoure, l'archipel compte cinq plans d'eaux intérieurs principaux connus sous les noms de: bassin aux Huîtres, lagune de la Grande Entrée, lagune du Havre aux Maisons, baie du Havre aux Basques et baie du Bassin.

Pour en savoir plus sur ce sujet et sur les initiatives de gestion intégrée des plans d'eau intérieurs, visitez le site du Comité ZIP des Îles-de-la-Madeleine.

Qu'est-ce qu'un plan d'eau intérieur ?

Aux Îles, ce sont des masses d'eau enserrées par d'étroites dunes de sable appelées tombolos, parfois adjacents à des milieux humides. Ils communiquent avec le golfe par un ou plusieurs passages étroits, les goulets. Ces milieux ont des caractéristiques écologiques particulières :

  • ils sont peu profonds (au plus 10 m de profondeur) ;
  • ils sont à l'abri des grands courants ;
  • ils se réchauffent rapidement, atteignant environ 20 °C en été ;
  • leur salinité est comparable à celle du golfe, mais variable selon les échanges et le nombre de goulets par plan d'eau ;
  • ils offrent un milieu de vie à de nombreuses espèces vivantes.
Zostere_marine_A.R._petitplan_deau

L'ARBOUTARDE, UNE PLANTE BIEN PARTICULIÈRE

La Zostère marine, appelée arboutarde ou herbe à outarde aux Îles, est une plante marine d'une grande importance pour l'écosystème lagunaire ou marin. Souvent considérée à tort comme une algue, elle pousse sous l'eau salée ou saumâtre, là où peu de plantes s'aventurent habituellement. C'est une plante car elle dispose de tiges, de racines pour extraire l'eau du sol et de vaisseaux conducteurs pour transporter la sève des feuilles aux racines. En eau peu profonde et à l'abri des courants, elle forme de vastes colonies aquatiques, les zostéraies ou herbiers à zostère. Ses racines et ses tiges souterraines l'ancrent dans le sol et stabilisent le fond marin, à l'instar de l'ammophile dans les milieux dunaires.

Sensible à la luminosité, la zostère est menacée par les activités qui brouillent son environnement de façon régulière. Les utilisateurs de bateaux à moteur et les pêcheurs qui mettent leurs cages à homard à
tremper au bord des rives doivent être vigilants car elle est facilement déracinable.

Or, son rôle dans la chaîne alimentaire du plan d'eau est crucial. Elle fait à la fois office de :
> pouponnière : les zostéraies abritent les oeufs, les larves et les juvéniles d'un grand nombre d'espèces,
dont le hareng et le homard ;
> cachette : les herbiers fournissent aux animaux marins des cachettes qui leur permettent de fuir les
prédateurs ou de surprendre les proies ;
> garde-manger : les feuilles de la zostère retiennent une abondance d'éléments nutritifs dans l'herbier, ce qui permet aux micro-organismes à la base de la chaîne alimentaire de s'y reproduire rapidement. À leur tour, ces derniers alimentent une diversité de vers, mollusques et petits poissons, dont raffoleront les canards barboteurs et sternes nichant et élevant leurs oisillons tout près. Oies, canards, hérons et oiseaux de rivage y font également escale durant leur migration.