L'eau douce aux Îles-de-la-Madeleine

Trucs faciles pour économiser l'eau potable et protéger la ressource, consultez les capsules ci-dessous:
Comment économiser 460 millions de litres d'eau potable par année!
Économiser l'eau potable, c'est pas la mer à boire!

La goutte d'eau qui fait déborder... une piscine olympique!
Recettes écolos pour produits à nettoyer

La nappe phréatique

Les principales formations géologiques aquifères des îles de la Madeleine se trouvent sous les îles de Cap aux Meules, de Havre aux Maisons et de Havre Aubert. Elles sont composées d’un grès rouge très poreux, recouvert d’un dépôt de sable. Ces sources souterraines jouent un rôle clé dans l’approvisionnement en eau potable.

La nappe phréatique des Îles, qui n’est alimentée que par l’eau de pluie et la fonte des neiges, absorbe environ 30 % des précipitations annuelles qui tombent au sol, alors que l’autre portion des précipitations ruisselle vers la mer ou s’évapore.

L’approvisionnement en eau potable

Près de 90 % de la population madelinienne est desservie par l’aqueduc municipal, qui pompe l’eau des sources souterraines. Comme on ne retrouve ces installations qu’à Havre-Aubert, Havre-aux-Maisons et Cap-aux-Meules, les résidents des autres localités - un peu moins de 10 % de la population - doivent s’approvisionner à partir de puits privés. L’eau souterraine de l’archipel est de très bonne qualité et elle ne contient aucun chlore. Sa teneur en fer, en calcaire, en magnésium et en calcium est relativement élevée.

Impacts de la surconsommation

Comme les Îles sont entourées d’eau de mer, les nappes d’eau souterraines sont généralement en contact avec l’eau salée. L’eau douce, dont la densité est plus faible, flotte sur l’eau salée (en équilibre hydrostatique). Si l’eau douce était pompée avec un débit trop fort, l'eau salée aurait tendance à remonter dans le puits et à contaminer l’eau potable. C’est d’ailleurs ainsi que la nappe souterraine de la pointe de la Grande Entrée fut contaminée dans les années 1950, à la suite d’un surpompage.

Chaque réseau possède une réserve d’eau potable pouvant approvisionner la population pendant 24 h. En temps normal, on utilise de 50 à 70 % de la capacité maximale du réservoir. En été, l’utilisation se situe autour de 85 % et dépasse parfois 100 %.

Quelques statistiques de consommation
Une chasse d'eau = entre 10 et 20 litres d'eau
Une douche = entre 90 litres d'eau
Un bain = environ 180 litres d'eau

Solutions mises en place

Un Programme d'économie et de bonne gestion de l'eau potable a été mis en place par la municipalité des Îles. Son but consiste à limiter la consommation et à interdire le gaspillage. Les moyens réglementaire mis en œuvre vont de la restriction pour l’arrosage des pelouses à l’interdiction formelle d’utiliser l’eau potable pour nettoyer les stationnements et les trottoirs. Des équipements de détection des fuites ont aussi été installés sur les réseaux d’aqueduc et enfin, les puits municipaux, ainsi que 95 % des plus importants usagers commerciaux et industriels et environ 250 usagers résidentiels ont été dotés de compteurs d’eau.

De pair avec les organismes du milieu, la municipalité œuvre aussi à informer et à sensibiliser la population et les visiteurs à l’importance de préserver et de protéger la ressource.

Le traitement des eaux usées

Les eaux usées sont traitées par aération mécanique, dans des étangs d’épuration reliés aux réseaux d'égouts desservant le village de Cap-aux-Meules et certaines parties des villages de l’Étang-du-Nord, de Fatima, de Havre-aux-Maisons et de Havre-Aubert.  L’installation de ces réseaux vise à protéger les nappes phréatiques de l’archipel, en limitant les sources de contamination autour des puits municipaux. Le réseau d’égouts dessert les habitations localisées au-dessus des nappes phréatiques principales, ce qui représente 30 % de la population. 70 % de la population gère donc ses eaux usées par des installations sceptiques autonomes.