Alimentation : responsabiliser son panier d'épicerie

Première question : d'où vient ce produit?

bongoutfraisAcheter local est probablement la plus responsable des attitudes à adopter. Ce faisant, on laisse sur les tablettes plusieurs produits «étranges» venant de trop loin. On diminue la quantité d'énergie utilisée et de gaz à effet de serre émis lors du transport, tout en encourageant l'économie locale. Dans le cas des fruits et légumes, on bénéficie en plus de la fraîcheur des produits. Dans le doute entre deux produits similaires, le meilleur choix est celui produit localement.

 

 

Deuxième question : est-il fait de façon responsable ?

Le deuxième critère vise le fabriquant du produit, à savoir si ce dernier a porté attention au sort des communautés et de l'environnement locaux. Les employés sont-ils rémunérés justement? Sont-ils majeurs? Les profits retournent-ils dans la région de production? Simplement, c'est assumer qu'en achetant, on supporte, souvent malgré nous, les entreprises impliquées dans le processus de production. Pour le vérifier, nos meilleurs outils sont les sceaux et les certifications.

Les produits équitables

logo_transfairEn achetant du café, du thé, du sucre, du chocolat, du cacao, du riz, des bananes ou même des ballons de soccer équitables, on achète de fournisseurs ayant payé un juste prix à leurs producteurs, et dont les transactions ont été équitablement profitables pour ces derniers et leur communauté. Acheter équitable, c'est refuser l'exploitation des petits producteurs et reconnaître l'importance de l'économie locale... et ce, sans se ruiner. Par exemple, le café équitable coûte en moyenne 4 sous de plus par tasse que le café régulier, à qualité égale. Pourquoi se priver?

Au Canada, un produit est équitable s'il est certifié par TransFair (logo ci-contre).

 

Les produits biologiques

Le bio exclut l'utilisation d'engrais et de pesticides non naturels et d'organismes génétiquement modifiés (OGM), et n'encourage pas l'exploitation abusive des animaux. Un souci est également porté à la réduction au maximum de la pollution de l'air, du sol et de l'eau. Consommer bio permet donc de ne pas nourrir sa famille de pesticides, spécialement nuisibles pour la santé des enfants, et de réduire la pollution engendrée par la production de nos aliments.

 Pour certifier qu'un produit est bio, plusieurs différents sceaux existent. Pour les produits fabriqués au Québec, ils doivent se conformer aux normes du Conseil des appellations agroalimentaires du Québec (CAAQ), et pour les produits du Canada, à celles de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) via la norme biologique Canada, en vigueur d'ici à décembre 2008.

 

Troisième question : comment est-il emballé?

Il est fréquent qu'on trouve des produits trop emballés, dont l'emballage en surplus ne sert qu'à leur mise en marché. De plus, pour les emballages et les contenants jetables, on utilise habituellement des plastiques et du styromousse, qui peuvent poser problème quand vient le moment de s'en débarasser. Leur incinération peut générer des fumées toxiques, ils ne sont pas biodégradables et leur recyclage, lorsque possible, engendre un coût de traitement élevé.

Choisissez les produits les moins emballés, voire pas du tout – pensons au vrac –  ou encore les produits dont les contenants, sacs et emballages sont réutilisables ou compostables. Plus il y a de sachets, de contenants, de pellicules et de sacs, moins on en a pour son argent.  Par exemple, pourquoi ne pas se trouver une gourde plutôt qu'une caisse de bouteilles d'eau?

Normal 0 21 false false false FR-CA X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4

Poubelles : nettoyer avec du vinaigre bouillant, rincer, passer une éponge avec du *désinfectant multi-usage fait maison sans rincer. Mettre 2 grosses cuil. à soupe de bicarbonate au fond pour éviter les odeurs. 

 

Dépôts calcaires dans le fer à repasser : nettoyer une fois de temps en temps avec de l'eau vinaigrée.

 

Fonds de casseroles brûlés : juste après la cuisson, mettre un peu de vinaigre et de sel et laisser tremper. Sinon, faites-y bouillir de l’eau 10 minutes avec 2 cuil. à soupe de vinaigre.

 

Brûleurs de cuisinière au propane : faire tremper dans du vinaigre blanc (plusieurs heures si nécessaire).

 

Nettoyer un thermos : verser de l’eau chaude et 2 cuil. à soupe de bicarbonate (ou des coquilles d’oeuf et du vinaigre) et laisser tremper pendant 1 h en secouant.

 

Lave-vaisselle : remplacer l’agent de rinçage pour lave-vaisselle par du vinaigre.

 

Nettoyer le micro-ondes : placer un bol de vinaigre ou de jus de citron, le faire chauffer quelques instants et passer un chiffon sur les parois.

 

Parois et rideaux de douche : pour les vitres de douche bien entartrées et pleines de savon, frotter avec une éponge imbibée de vinaigre chaud pur. Pour les rideaux de douche dans le même état, les laver en machine avec une grande serviette suffit normalement. Sinon faire tremper au moins une heure dans de l’eau chaude vinaigrée avant de laver.

 

Vitres et miroirs : nettoyer à l’eau vinaigrée ou à peine savonneuse et sécher avec un morceau de papier journal roulé en boule. 

 

Taches d'herbe ou transpiration sur un vêtement : frotter avec de l’eau vinaigrée.

 

*Le nettoyant/désinfectant multi-usage:

dans un bidon opaque de 2 litres, mettre 2 cuil. à soupe de bicarbonate de soude, ajouter 2 l d’eau chaude et mélanger. Préparer dans un verre 1 cuil. à soupe de vinaigre blanc et au maximum 3 cuil. à soupe d’un mélange d’huiles essentielles reconnues pour leur pouvoir désinfectant (citron, pin, thé vert, canelle). Verser dans le bidon et bien secouer à chaque utilisation. 

 

Pour plus d'informations, consultez : www.raffa.grandmenage.info/