ÉES sur les hydrocarbures: Attention FragÎles présente son mémoire

Îles-de-la-Madeleine, le 19 novembre 2015 – Attention FragÎles a présenté son mémoire lors de la séance de consultations publiques tenue aux Îles-de-la-Madeleine le 18 novembre en soirée, dans le cadre de l’évaluation environnementale stratégique (ÉES) sur les hydrocarbures menée par le gouvernement du Québec. Lors de cette soirée, plusieurs citoyens et organismes de l’archipel sont venus exprimer leurs préoccupations quant aux impacts et aux risques du développement des hydrocarbures sur les Îles-de-la-Madeleine et dans le golfe du Saint-Laurent.

Attention FragÎles en a profité pour rappeler les nombreux processus de consultation ayant eu cours au Québec et aux Îles au cours de dix dernières années et lors desquels les organismes et citoyens du milieu sont venus réitérer leurs préoccupations, leurs constats et leurs recommandations sur ces enjeux. Tout comme plusieurs autres intervenants, Attention FragÎles a souligné ses préoccupations en regard de certains aspects du processus même, soit les courts délais associés aux consultations, la documentation incomplète et le préjugé favorable que semble avoir d’emblée le gouvernement aux hydrocarbures. À cet effet, la directrice de l’organisme, Marie-Ève Giroux, a soulevé que «  Le but premier d’une ÉES devrait être avant tout d’évaluer la pertinence de l’implantation d’une nouvelle filière, soit d’ouvrir un débat de société en regard de la question d’engager ou non le Québec sur la voie de l’exploration des hydrocarbures, et non pas uniquement sur les conditions et les mesures d’atténuation qui devraient y être associées ».

Lors de la présentation du mémoire d’Attention FragÎles, sa directrice a rappelé certains constats et recommandations de l’organisme notamment en regard de l’ouverture du golfe du Saint-Laurent à l’industrie pétrolière, soit l’absence d’acceptabilité sociale, la fragilité des écosystèmes et les lacunes de connaissance, les risques pour notre économie basée sur la pêche et le tourisme, la vulnérabilité aux déversements et la capacité d’intervention insuffisante ainsi que la nécessaire concertation avec les autres provinces du golfe. L’organisme a réitéré ses recommandations concernant le maintien de l’actuel moratoire en vigueur sur la portion québécoise du golfe, la nécessité d’étendre ce moratoire à l’ensemble du golfe ainsi que la demande qu’une commission d’examen fédérale pour l’ensemble du golfe, assortie de consultations approfondies des communautés côtières, soit entreprise. En regard du développement des hydrocarbures en milieu terrestre, l’organisme a reformulé la demande qu’un moratoire soit mis en place, reconnaissant le caractère vulnérable et irremplaçable des nappes phréatiques de l’archipel. Une préoccupation a également été formulée à l’égard d’appuyer les initiatives visant la diminution de la dépendance de l’archipel aux hydrocarbures et à développer des alternatives énergétiques.

Le mémoire complet de l’organisme peut être consulté sur notre site internet: cliquez ici