Quatre groupes environnementaux accueillent favorablement la résolution de l’Assemblée Nationale du Québec sur le gisement Old Harry

Le contentieux Québec / Terre-Neuve démontre la nécessité d'une gestion intégrée des ressources du golfe du Saint-Laurent

Montréal, le 21 octobre 2010 – Attention FragÎles, la Fondation David Suzuki, Nature Québec et la SNAP Québec accueillent aujourd'hui avec satisfaction la résolution de l'Assemblée nationale du Québec qui demande d'attendre les résultats des évaluations environnementales stratégiques avant que d'autres permis ne soient émis pour le gisement Old Harry.

La motion de l'Assemblée nationale démontre qu'il est impossible pour une province d'exploiter seule les ressources pétrolières et gazières du golfe alors que l'ensemble des provinces riveraines risquent d'être affectées par cette activité. Au-delà de la question de la souveraineté des ressources du gisement Old Harry mise de l'avant dans la résolution, c'est l'ensemble de la gestion du golfe qui est en jeu.

« Terre-Neuve ne peut légitimement exploiter cette ressource sans consulter les provinces qui doivent en subir les risques, mais à l'opposé, le Québec ne peut étendre son moratoire à l'ensemble du golfe sans l'appui des autres provinces. De toute évidence nous nous trouvons dans une impasse. Nous en appelons aux gouvernements fédéral et provincial concernés de définir un modèle de gestion intégrée du golfe », affirme Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki au Québec.

À cet égard, l'intention du Québec de se doter d'un office extracôtier inquiète. Il ne fera qu'accentuer le morcellement de la gestion du golfe tout en étant totalement inadéquat pour assurer un développement durable des ressources : « On retrouve dans ce type d'office semi-indépendant plusieurs lacunes étant la source de la catastrophe du golfe du Mexique : absence de contrôle direct des élus, problèmes d'imputabilité et de reddition de comptes, proximité avec l'industrie, mandat prioritaire de promotion des activités pétrolières, connaissances scientifiques déficientes », explique Christian Simard, directeur général de Nature Québec. « Si le Québec souhaite assurer le développement durable du golfe, il doit s'en donner les moyens », a-t-il ajouté.

« Rappelons que l'évaluation portant sur l'estuaire du Saint-Laurent a démontré les impacts négatifs de l'exploitation des hydrocarbures sur les communautés et les écosystèmes de la région. L'intention de Québec d'attendre la finalisation des évaluations environnementales stratégiques est certes louable, toutefois l'expérience nous a appris que l'estuaire et le golfe sont des écosystèmes intimement liés – ce qui est bon pour l'estuaire sera probablement applicable pour le golfe. D'autant plus que Québec n'a toujours pas entrepris de démarches sérieuses pour compléter son réseau d'aires marines protégées, tel que le recommandait le BAPE en 2004 »», de commenter Patrick Nadeau, directeur général de la SNAP Québec.

« Plusieurs communautés maritimes, dont les Îles-de-la-Madeleine, qui dépendent du golfe pour leurs activités socio-économiques ont fait entendre leurs inquiétudes et préoccupations au cours des derniers mois quant à l'exploration et l'exploitation en haute mer dans cette région. Ces communautés doivent aussi être consultées dans le cadre d'une gestion intégrée du golfe », ajoute Danielle Giroux, présidente d'Attention FragÎles.

- 30 -

Sources :

Catherine Orer, spécialiste des communications, Fondation David Suzuki
514-316-4646 ◊104 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Danielle Giroux, présidente, Attention FragÎles
418-986-6644 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Christian Simard, directeur général, Nature Québec
418-648-2104 ◊2071 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Patrick Nadeau, directeur général, Société pour la nature et les parcs du Canada, section Québec
514-278-7627 ◊226 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.